« Les touristes et les oies à Angkor | Accueil | Roméo, Juliette et les petits cailloux »

12/08/2011

Commentaires

PAULUS PETIT  JACQUELINE

En France,nous avons eu aussi nos mutilés de guerre auxquels, on avait donné, GENEREUSEMENT
le droit de vendre des billets de la Loterie nationale.
A Rouen ,on pouvait rencontrer un brave type, souriant, manoeuvrant avec peine sa chaise roulante avec un bras :Il parcourait difficilement la rue du Gros Horloge (rue pavée) pour essayer de liquider ses billets des
GUEULES CASSEES .Il ne faisait pas l'aumône , très digne,mais si las !!!

Quiquine.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

février 2014

dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
Blog powered by Typepad